Restauration des édifices publics, une compétence supplémentaire en Savoie

Disposant de l’expertise technique et matérielle indispensable à la restauration de bâtiments historiques, notre équipe dédie sa connaissance du patrimoine et son savoir-faire traditionnel à la sauvegarde des biens d’exception, dans le respect de l’histoire et de leur intégrité visuelle. Nous avons ainsi restauré (façades, décors peints, patines, trompe l’œil…) de nombreuses églises et chapelles savoyardes ou autres bâtiments classés (salle d’audience du palais de justice de Chambéry par ex.)

Picto Pose d'enduit

Zoom sur… Caramagne,
un conservatoire artistique multiple

La loggia à trois arcades de la façade principale lui donne une allure de villa palladienne. Une dénotation vénitienne qui ne doit rien au hasard puisque le château de Caramagne, édifié au XVIe siècle, est situé à Chambéry, ancienne capitale des ducs de Savoie, alors rattachée à l’Italie. L’architecture n’est pas la seule raison de son attrait : un décor exceptionnel de peintures vient d’être restauré au terme de trois mois de travaux.

Les parois et le plafond ornés d’une architecture feinte suggèrent, dans un jeu de perspectives, la présence de colonnes de marbre rouge et moulures. Ce décor s’inscrit dans la pure tradition des maîtres italiens de la quadrattura, ce genre pictural baroque qui tend à simuler des reliefs architectoniques et des matières par un effet illusionniste.

Sur la recommandation de l’architecte des bâtiments de France, Marc Lemarié, le propriétaire confie, en février 2011, la restauration des trois façades du château et celle de la loggia à Harmonie Décor, une entreprise familiale qui, il y a une quarantaine d’années, avait ravivé les couleurs des peintures.

                         .

« Il a fallu d’abord procéder à un gommage manuel à l’éponge sèche pour ôter la poussière », précise Benjamin Dordolo, en charge de la restauration. Au plafond, deux puits de lumière feints projettent un éclairage zénithal sur le décor peint. Aux extrémités de la loggia, se détachent sur un fond ocre des scènes de rapts mythologiques qui, dans leur traitement réaliste, se rapprochent de la sculpture.

Sur ce type de décor polychrome figuré, les parties saines et les parties abîmées reçoivent un traitement différent. « Sur les enduits en bon état, un fixatif mat incolore est vaporisé pour conserver la polychromie ancienne », poursuit Benjamin Dordolo. Pour les surfaces enduites cloquées, ornées d’un décor figuré, une injection de résine permet de consolider les boursouflures, la résine stoppant leur dégradation. « Aucun repeint n’est autorisé sur ce bâtiment inscrit au titre des monuments historiques pour ses toitures et ses façades depuis 1947 », souligne le restaurateur. Seuls les décors architecturaux sont restaurés et recréés si besoin, petites touches par petites touches, à la pointe du pinceau. Pour obtenir le même effet de vieillissement et harmoniser l’ensemble, ces repeints sont ensuite fixés. « Cette méthode est spécifique à la restauration, ce qui la différencie des travaux de réfection », remarque Benjamin Dordolo.

* Extrait de la revue « Demeure Historique »

n° 181 Trimestriel Juin 2011